Origine : Traduction en français du blog publié sur la page « 3D Perspectives » de Dassault Systèmes le 29 juin 2017

Dans une récente présentation des tendances de l'industrie de l'architecture, de l'ingénierie et de la construction (AEC), Marty Doscher, vice-président AEC Industry à Dassault Systèmes, a identifié quatre tendances qui stimulent des changements transformateurs rapides dans cette industrie:

·         L’utilisation accrue de la « conception pour la fabrication et l'assemblage » (DFMA), la préfabrication et la construction modulaire.

·         Une prise de décision axée sur les données en raison d'une adoption plus importante de BIM.

·         L’extension du Building Information Management (BIM) au-delà de la conception - dans toutes les étapes du cycle de vie du projet et par les utilisateurs de toutes les disciplines.

·         La croissance de la réalité augmentée et virtuelle (AR / VR) en tant qu'expérience sociale dans un contexte industriel.

Ces tendances créant une dynamique, la demande augmente pour obtenir des solutions surmontant les obstacles pour mener vers un plus grand succès. Par exemple, avec l'adoption croissante du BIM, Marty Doscher s'attend à voir une augmentation de l'utilisation de la réalité augmentée et virtuelle (AR/VR) comme un outil de conception qui stimule la collaboration.

" />
Les Tendances de l’architecture, de l’ingénierie du bâtiment et de la construction : en route vers la cohésion, la numérisation et la transformation

Origine : Traduction en français du blog publié sur la page « 3D Perspectives » de Dassault Systèmes le 29 juin 2017

Dans une récente présentation des tendances de l'industrie de l'architecture, de l'ingénierie et de la construction (AEC), Marty Doscher, vice-président AEC Industry à Dassault Systèmes, a identifié quatre tendances qui stimulent des changements transformateurs rapides dans cette industrie:

·         L’utilisation accrue de la « conception pour la fabrication et l'assemblage » (DFMA), la préfabrication et la construction modulaire.

·         Une prise de décision axée sur les données en raison d'une adoption plus importante de BIM.

·         L’extension du Building Information Management (BIM) au-delà de la conception - dans toutes les étapes du cycle de vie du projet et par les utilisateurs de toutes les disciplines.

·         La croissance de la réalité augmentée et virtuelle (AR / VR) en tant qu'expérience sociale dans un contexte industriel.

Ces tendances créant une dynamique, la demande augmente pour obtenir des solutions surmontant les obstacles pour mener vers un plus grand succès. Par exemple, avec l'adoption croissante du BIM, Marty Doscher s'attend à voir une augmentation de l'utilisation de la réalité augmentée et virtuelle (AR/VR) comme un outil de conception qui stimule la collaboration.

Les lacunes du BIM

BIM résout certains des problèmes de l'industrie de l’AEC, mais il n'est pas une solution totale. BIM seul reste incomplet. Pour preuve, même maintenant, plus de 15 ans après l'introduction de BIM, la plupart des projets dépassent encore les budgets prévus et restent en retard. La méthodologie actuelle du BIM centrée sur les documents est toujours incapable d’ouvrir les frontières de silos entre intervenants.  Trop d'énergie est consacrée à coordonner les informations, et lorsque la coordination se passe mal, cela entraîne des amendements et donc des coûts administratifs importants.

De plus, la conception, la construction et les opérations restent trop séparées les unes des autres. Une fois qu'une installation est construite, l'équipe responsable de sa gestion peut éventuellement en avoir acquis les données BIM (le « tel-que-conçu»). Cependant, ces données-là restent insuffisantes pour ce qui est nécessaire dans le support à long terme de la maintenance. Ainsi, l'équipe de gestion génère généralement son propre édifice numérique (le « tel-que-construit ») de l'installation avec l'information dont elle a besoin.

Une transformation est nécessaire pour résoudre ces défis.

Quatre exemples d'outils de transformation en action

Les leaders en AEC préconisent d'étendre la fonction du BIM afin qu'un projet ne soit pas simplement un «produit final» mais une série d'activités liées. Les 4 exemples suivants illustrent la façon dont des innovateurs déverrouillent les données, utilisent ces données pour exécuter et affiner leurs processus, et ouvrent la voie au prochain niveau de transformation de cette industrie.

1. SHoP Architects gère les données, non les documents.

SHoP Architects, un cabinet d’architecture basé à New York, a changé son fusil d’épaule passant de la délivrance exclusivement du design, à la notion de gestion du cycle de vie des bâtiments (BLM). Il s'agit d'une transformation radicale de l'entreprise, abandonner  une pratique centrée sur les documents, et passer à une pratique centrée sur les données.

En utilisant la version de CATIA disponible «sur le cloud», SHoP Architects travaille maintenant en très étroite collaboration avec des partenaires du monde entier pour créer des bâtiments emblématiques, comme le Centre d’Innovation du Botswana. Pour cet édifice, l'architecte basé à New York a utilisé la plate-forme 3DEXPERIENCE pour coordonner la fourniture de panneaux manufacturés par un fabricant de l’Afrique du Sud à l’entrepreneur du Botswana. Tous les intervenants ont partagé des détails de fabrication numérisés, mais aussi des calendriers de projets, des informations sur les coûts des matériaux et plus encore.

Le résultat de cette approche collaborative transnationale est un bâtiment très innovant, mais néanmoins construit dans un budget conventionnel.

En savoir plus sur SHOP Architects

2. CTCE modélise le processus, pas le produit
CTCE, une entreprise chinoise de construction de lignes TGV, utilise la plate-forme 3DEXPERIENCE en conception, gestion et construction. Grâce à la plate-forme, les parties prenantes gèrent toutes les activités - incluant la production des ferraillages, du béton, du coffrage et de câbles - afin produire les éléments de manière modulaire avec un haut degré de précision. Le même modèle 3D est également utilisé pour les instructions de travaux.

L'équipe d’ingénierie du CTCE se rend compte qu'elle ne modélise pas seulement un produit final, mais un processus pour l'ensemble du projet.

Lisez ce livre-blanc  sur l’innovation en génie civil

3. Chengdu utilise le BIM pour gérer ses infrastructures

Chengdu, capitale de la province chinoise du Sichuan, utilise la plate-forme 3DEXPERIENCE pour améliorer la gestion de ses routes et ponts. La ville a numérisé des milliers de dessins pour construire un modèle 3D complet destiné à ses opérations. Ses urbanistes utilisent les applications informatiques sur le terrain même pour identifier et gérer les problèmes de la même façon que les entrepreneurs le gèrent dans un projet de construction neuve.

Chengdu a adopté le BIM comme base pour sa gestion des travaux de rénovation, de maintenance et gestion. Et lorsque de nouveaux projets sont construits, en mettant l'accent sur le cycle de vie total des infrastructures, la valeur du projet augmente de façon spectaculaire.

4. 3DEXPERIENCity permet aux villes de prendre des décisions de planification basées sur les données

3DEXPERIENCity est le prolongement naturel pour la conception et la construction d’un territoire de bâti. Dassault Systèmes collabore étroitement avec le gouvernement de Singapour pour utiliser la 3DEXPERIENCity comme plate-forme pour prendre des décisions de planification à l'échelle de la ville, gérer les propositions de conception, puis simuler l'impact de ces propositions dans la phase de planification.

Découvrez le projet « Virtual Singapore »

Perspective

« Afin d’aller encore plus loin et de répondre aux demandes des clients en AEC », conclut Marty Doscher, « Dassault Systèmes développe des solutions applicables dès la phase d’IMAGINATION d'un projet -  en perfectionnant la simulation précoce de l'impact global et environnemental, ainsi que la phase des OPERATIONS – améliorant ainsi la viabilité et l'efficacité de l’environnement bâti. »